Mont-Royal

Découvrez la station Mont-Royal

Texte important

Depuis l’ouverture officielle de du nouvel édicule et la mise en service des ascenseurs en juillet 2022, nous avons complété la majeure partie des travaux à l’intérieur de la station.

En effet, nous avons terminé la réfection de la section où étaient situées la loge et la zone des tourniquets. Nous avons ainsi pu rouvrir ce dernier secteur qui était en travaux  et ainsi remettre en service les escaliers mécaniques de la station. Il reste encore quelques éléments à terminer, notamment la nouvelle œuvre d’art Je reviens chez nous, qui sera éventuellement complétée.

Bénéfices de ces travaux pour les clients

  • Une station très achalandée du réseau qui devient universellement accessible
  • Un édicule plus grand, plus lumineux, plus vaste
  • Ajout d’une deuxième ligne de perception pour l’entrée donnant sur l’arrière de l’édicule.
  • Intégration de la nouvelle signalétique  
  • Des déplacements facilités et plus fluides, grâce à l’ajout d’un accès vers les quais
  • La loge est désormais au niveau de la rue
  • Ajout de portes papillons motorisées.
  • L’accès à la distributrice automatique de titres et à la borne de rechargement est plus convivial.
  • L’œuvre d'art Je reviens chez nous, de Simon Bilodeau, qui sera visible de l’extérieur.

Le concept architectural

Pour rendre la station Mont-Royal accessible, il était nécessaire d’agrandir l’édicule. C’était donc l’occasion de penser à un tout nouveau concept, qui s’harmonise avec l’espace dans lequel il se trouve.

Le projet de mise en accessibilité de la station a engendré une réflexion sur la nouvelle configuration de l’édicule, alimentée par les citoyens et en collaboration avec l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Un édicule tout en lumière

La place Gérald-Godin, sur laquelle se trouve l’édicule de la station Mont-Royal, est un point de rencontre, un lieu par lequel les gens transitent et s’arrêtent, se donnent rendez-vous. C’est un lieu très achalandé à toute heure du jour ou du soir.

Le jour, en pleine lumière, l’édicule se fondra dans son contexte par le léger miroitement de ses façades en verre ultra clair. Au fur et à mesure que la nuit tombe, l’édicule deviendra transparent et lumineux. Sa lumière se projettera sur toute la place. Son verre ultra transparent et un éclairage particulier permettront d’admirer l’œuvre d’art de l’artiste Simon Bilodeau, intégrée à l’architecture, de n’importe où sur la place. Un toit en partie végétalisé et en partie recouvert d’un parement de bois couvrira le bâtiment.

Matériaux

Certains matériaux utilisés, à l’intérieur de la station, comme le crépis, la céramique, la brique, le granite et le béton naturel rappellent les stations du réseau initial. Le toit de la station est composé de bois et d’une partie végétalisée, ce qui contribuera à la réduction des îlots de chaleur.

Nouvelle oeuvre d'art

L'oeuvre Je reviens chez nous, de Simon Bilodeau, ne sera pas encore terminée au moment où l'édicule sera ouvert.Une fois terminée, elle se déploiera sur trois murs.

Texte important

Quelques faits intéressants au sujet du nouvel édicule de la station Mont-Royal…

Superficie de l’édicule
Le nouvel édicule est près de trois fois plus grand que l’ancien! Si on prend seulement la superficie du nouvel escalier et de l’ascenseur, leur superficie est équivalente à la moitié de celle de l’ancien édicule!

Bois ou béton?
Si vous pensez que le plafond de la nouvelle partie où se trouve le nouvel escalier et l’ascenseur est en bois, détrompez-vous! C’est en fait du béton sur lequel du bois de pruche a été en quelque sorte imprimé. Pourquoi de la pruche? Beaucoup de maisons ouvrières du quartier, recouvertes de briques, ont une charpente faite de de bois de pruche. C’est un peu l’âme du quartier qui se retrouve dans le projet.

Tuiles bleues
Certaines parties des murs le long de l’escalier sont ornés d’une céramique bleue. Une couleur qu’on ne trouvait pas dans l’ancien édicule, ni dans la partie d’origine de la station. Alors, pourquoi cette couleur?

Les tuiles de couleurs rappellent celles utilisées dans certaines stations du réseau initial mais sont aussi une évocation un peu plus abstraite de l’époque dans laquelle nous vivons. Cela fait référence à l’esthétisme de certains jeux vidéo autant des années 80 que ceux d’aujourd’hui. Si l’on regarde un écran d’ordinateur avec une loupe c’est aussi un peu ce que nous pourrions apercevoir. En cheminant dans le corridor, plus on s’approche de la murale, plus elle devient pixellisée.

Le projet en bref

Durée des travaux : octobre 2018 à l'automne 2022

Nature des travaux : travaux d'accessibilité universelle (installation d'ascenseurs)

Le chantier en images

Voici l’édicule, avant les travaux. Seuls les escaliers fixes et mécaniques demeurent, tout le reste a été démoli et reconstruit.


Il a fallu creuser jusqu’au tunnel du métro pour construire les fondations sur lesquelles a été installé le nouveau tunnel piétonnier, qui permet de relier les deux quais de la station.


Une armature métallique a été installée, sur une partie de la voûte, puis recouverte de béton. La voûte devait être épaissie et renforcée à cet endroit de la station. En effet, c’est là que nous avons construit le tunnel piétonnier que vous pouvez désormais emprunter pour vous rendre d’un quai à l’autre.


Reconnaissez-vous l’arrière de la station ? Nous avons démantelé l’édicule, pour l’agrandir. Ici, le parement extérieur de l’enveloppe du bâtiment avait déjà été retiré.


Pour pouvoir garder la station ouverte et continuer d’accueillir les clients, un édicule temporaire a été construit, le temps que les travaux se terminent. C’est donc par ici que des milliers de clients sont entrés et sortis de la station, durant les travaux.


Le chantier était vraiment d’une grande ampleur. Sur cette photo, on voit qu’on commençait à construire le nouvel édicule.


Nous sommes conscients des inconvénients que ces travaux pourraient occasionner. Soyez assurés que nous prenons les mesures nécessaires pour minimiser les impacts sur vos activités.

Ces travaux sont effectués notamment grâce au financement octroyé par le ministère des Transports.

Haut de page