Poste de ventilation mécanique Saint-Dominique

Aperçu du projet

Dans le cadre de notre programme de remise à neuf des équipements du métro, nous amorcerons à l’automne 2015 la réfection du poste de ventilation mécanique Saint-Dominique, entre la rue Viger et l’autoroute Ville-Marie, près de la rue Saint-Dominique. La nouvelle construction sera érigée à l’endroit où se trouve le bâtiment actuel, soit au 955 de la rue Saint-Dominique, à l’intersection avec la rue Viger. Ce poste desservira donc la ligne orange, entre les stations Champ-de-Mars et Place-d’Armes.

Impact sur la circulation dans le secteur

Dès septembre 2015, un plan de circulation sera mis en place:

Circulation automobile :

  • Une voie sera conservée sur la rue Viger, entre la rue de Bullion et le boulevard Saint-Laurent
  • À l'intersection de Saint-Laurent et de Viger, une 2e voie sera disponible afin d'avoir une voie pour tourner à droite et une autre pour continuer tout droit.
  • 40 places de stationnements seront supprimées entre les rues Sanguinet et Clark

Circulation cycliste :

  • La piste cyclable sera maintenue sur la rue Viger pendant les travaux.

Circulation piétonnière :

  • Le côté sud du trottoir de la rue Viger sera fermé entre la rue Hôtel-de-Ville et le boulevard Saint-Laurent. Les piétons pourront emprunter le trottoir du côté nord de la rue Viger entre Hôtel-de-Ville et le boulevard Saint-Laurent pour leurs déplacements.

FAQ

Les postes de ventilation mécanique du métro répondent à trois besoins essentiels :

• La ventilation confort :

Régularise la température ambiante et apporte de l’air frais à la clientèle, en effectuant l’échange d’air entre le réseau du métro et l’extérieur. Pendant la saison estivale, la ventilation permet d’extraire une partie de la chaleur générée par les voitures de métro, au freinage et à l’accélération.

• La ventilation de nuit :

Permet de fournir de l’air frais aux travailleurs de nuit, chargés des travaux quotidiens d’entretien. Ces travailleurs utilisent des véhicules à moteur diesel pour se déplacer, puisque l’alimentation électrique de la voie est coupée pendant la nuit.

• La ventilation d’urgence :

Permet, en cas d’incident, de contrôler les mouvements de fumée et de fournir une route d’évacuation sécuritaire à la clientèle, ainsi qu’un accès dégagé aux pompiers.

Il y a actuellement plus de 80 postes de ventilation mécanique à travers le réseau du métro. Un poste de ventilation mécanique est nécessaire sur chaque segment de métro situé entre deux stations.

Oui, un poste est actuellement en place au même endroit, mais il a atteint sa fin de vie utile et doit être remplacé. Le projet consiste à démanteler le poste de ventilation actuel, construit en 1966, et à construire un nouveau poste, plus silencieux et plus performant. Ce nouveau poste répondra aux nouvelles normes en matière de sécurité, de même qu’à la réglementation sur le bruit de la Ville de Montréal.

L’espace entre l’autoroute Ville-Marie et la rue Viger étant restreint, le poste sera composé de trois bâtiments distincts, abritant chacun une partie des équipements. Nous avons collaboré avec les autorités municipales afin de nous assurer que l’aspect architectural du poste s’intègre bien dans le tissu urbain environnant.

Selon l’échéancier planifié, ils débuteront en septembre 2015 pour se terminer à la fin de l’année 2017.

Étape 1

Préparation du chantier

  • Mise en place des cloisons de chantier et des entraves à la circulation sur la rue Viger
  • Installation des équipements de travail.

Durée approximative : 1 mois


Étape 2

Excavation du poste de ventilation

  • Démolition du poste de ventilation actuel.
  • Ce poste de ventilation sera entièrement dans le mort terrain (pas dans le roc) et ne nécessitera pas de dynamitage.

Durée approximative : 9 mois


Étape 3

Bétonnage du puits de ventilation et de la galerie

  • Bétonnage des planchers, des murs et du plafond.

Durée approximative : 9 mois


Étape 4

Installation des équipements mécaniques et électriques

  • Livraisons des équipements au chantier;
  • Installation des équipements;
  • Essais de performance des équipements mécaniques.

Principaux équipements de travail utilisés :

  • Grue et camions de livraison.

Durée approximative : 6 mois


Étape 5

Finition architecturale et aménagement paysager

  • Construction des parties extérieures du poste de ventilation;
  • Tous les types de métier traditionnels nécessaires à la construction d’un bâtiment extérieur seront mis à contribution, tels que des charpentiers-menuisiers, des maçons, des couvreurs, des vitriers et des paysagistes.

Principaux équipements de travail utilisés :

  • Camion, chariot élévateur, échafaudage et nacelle.

Durée approximative : 3 mois

  • Les travaux de construction risquant de générer du bruit seront restreints à un horaire limité entre 7 h et 19 h, les jours de semaine. Afin de respecter l’échéancier de réalisation et de ne pas prolonger la durée du chantier, il pourrait toutefois arriver à l’occasion que les travaux se poursuivent en dehors des périodes habituelles. Dans de tels cas, ces prolongations respecteront la réglementation municipale.
  • Pour des raisons de sécurité, certains travaux pourraient devoir être réalisés pendant la nuit (par exemple, l’installation d’une clôture au-dessus le mur de soutènement de l’autoroute). Ces travaux génèreront par contre peu de bruit.
  • Durant les travaux, une firme spécialisée s’assurera que l’excavation ne provoque aucun dommage aux infrastructures environnantes, notamment le mur de soutènement de l’autoroute et le viaduc sur le boulevard Saint-Laurent. Des sismographes seront installés aux endroits stratégiques du chantier et supervisés par la firme responsable.
  • Un plan de circulation a été établi par une firme spécialisée dans le domaine, conjointement avec l’arrondissement de Ville-Marie, la Ville de Montréal, le Ministère des transports du Québec (MTQ), la sécurité publique et le Service des incendies de Montréal. Ceci permettra de minimiser les impacts sur la circulation des automobilistes, des cyclistes, des piétons et des services d’urgence.

Non. Essentiellement, un poste de ventilation mécanique échange l’air du réseau du métro, soit celui que respire la clientèle, avec l’air extérieur, permettant ainsi l’apport d’air frais.

Non. Il n’y a pas de contaminant particulier dans un poste de ventilation mécanique. L’eau provenant de la pluie ou de la neige qui tombe à l’intérieur des puits de ventilation sera captée par les pompes du métro et dirigée vers le système d’égouts municipal, comme cela se fait déjà partout dans le réseau du métro.

Non. Une fois en activité, le bruit émis par les ventilateurs respectera la réglementation municipale. Ces ventilateurs, installés en sous-sol, seront munis de silencieux performants. Le bruit aux alentours de l’édicule ne dépassera pas 50 décibels, lorsque les deux ventilateurs seront utilisés à plein régime, ce qui est exceptionnel. Même dans ce cas, ce bruit correspond à peu près au niveau de bruit produit par un lave-vaisselle domestique. Il est donc si bas, qu’il peut être masqué par une conversation humaine normale ou par le bruit ambiant du secteur.

Non. Un poste de ventilation mécanique ne possède pas les infrastructures requises pour être transformé plus tard en station de métro. D’ailleurs, aucune planification n’est faite dans ce sens.

Haut de page