État de la situation: négociations syndicales

Information générale

Étant donné que les conventions collectives de trois syndicats de la STM (chauffeurs, personnel d'entretien et professionnels) ont pris fin en janvier 2018, des négociations sont en cours.

L'objectif de la STM est de réviser les façons de faire de manière à se doter d'une plus grande flexibilité lui permettant d'assurer son rôle: donner le service au client.

Pour plus de détails

En cours

Le processus de négociation s'accélerera pour la période estivale avec le syndicat des employés d'entretien.

Texte important

Quels sont les métiers d'entretien?

Parmi ceux-ci: préposé à l'entretien sanitaire, mécanicien de véhicule lourd, mécanicien d'ascenseurs, électricien de signalisation, électronicien de télécommunications.

Nous prévoyons qu'il peut y avoir des coupures de passages sur certaines lignes de bus.

Notez que les horaires de bus, dont ceux en temps réel, pourraient être moins précis. C'est pourquoi nous vous invitons à planifier vos déplacements.

Vérifiez où se situe votre bus avant de prendre la route

Vous pouvez voir le positionnement de votre bus sur une carte, le saviez-vous? Plus que jamais, cette fonctionnalité offerte sur notre site web bêta, sa version mobile, et les applications Transit et Chrono est pratique afin de confirmer que votre bus est bien en route. 

Accédez au site bêta
Téléchargez l’application Transit ou Chrono

Voyez la vidéo sur le positionnement des bus sur une carte

Le fonctionnement du réseau des bus et les horaires

Vous êtes-vous déjà demandé comment nous constituons les horaires des 221 lignes de bus qui roulent 7 jours sur 7, 365 jours par année?

L’achalandage fluctue selon le territoire couvert, les moments de la journée, le jour de la semaine et au gré des saisons. Ainsi, pour vous offrir le bon service au bon moment, chaque ligne de bus offre un horaire différent pour la semaine, le samedi et le dimanche, tous trois modifiés chaque saison.

Un parcours est constitué d’arrêts entre deux terminus, dans une direction. Pour établir le temps qu’un bus doit prendre pour faire le parcours complet, nous prenons en considération plusieurs éléments, dont la longueur du parcours, le nombre d’arrêts, la distance entre les arrêts, l’achalandage, la circulation routière, ainsi que l’expérience des chauffeurs.

Le trafic et les chantiers sont aussi considérés dans le calcul des temps de parcours. Lorsque nous sommes informés d'avance de la tenue d’un chantier sur une longue période, nous sommes en mesure d’ajuster le temps de parcours en conséquence. Dans les dernières années, l’augmentation constante de la circulation et la croissance des chantiers a eu un impact sur la vitesse des bus à Montréal, c’est pourquoi, dans la mesure du possible, les temps de parcours planifiés sont réajustés

Les temps de parcours pour les trajets en semaine sont révisés aux 18 mois maximum, au moyen d’observations des chauffeurs et du personnel des opérations de même que par l’utilisation d’outils informatique. La fréquence de ces analyses s’est accélérée alors que dans le passé elles étaient revues aux 5 ans environ.  La tâche est colossale comme un horaire est constitué de plusieurs plages, nous analysons, pour les jours de semaine seulement, plus de 220 000 données relatives aux parcours chaque année.

Le temps de battement peut être vu comme un coussin. Utilisé en bout de ligne, ce temps permet d’absorber un possible retard sur le temps de parcours (accident, congestion, etc.) et d’offrir un service régulier. Le temps de battement représente 10% du temps de parcours, mais n’est pas inclus dans celui-ci.

Nos bus circulent en respect du Code de la sécurité routière et de la limite maximale permise, qui relève des instances municipales sur l’île de Montréal. Il est vrai qu’au cours des derniers mois les limites de vitesse ont été revues à la baisse dans certains secteurs. Toutefois, ce changement a très peu d’impacts sur l’horaire planifié puisque notre vitesse commerciale moyenne se situe à 18 km/h, étant donné que les bus arrêtent pour prendre des passagers et repartent plusieurs fois au cours d'un trajet. On estime d’ailleurs que la nouvelle limite de vitesse, passant de 40 km/h à 30 km/h, pourrait entraîner une augmentation d’environ 30 secondes à une minute pour un même parcours.

Les voies rapides, les feux prioritaires et la synchronisation des feux de circulation donnent priorité au transport collectif. De telles mesures permettent d’améliorer l’efficacité et la ponctualité du service en permettant des gains de temps d’environ 10 %.

Des «comités échange» ont été mis sur pied l’an dernier. Ces comités sont composés de chauffeurs actifs sur le terrain ainsi que d’employés de la planification et des opérations, ainsi que de représentants du syndicat. Chaque centre de transport à son comité échange. L’objectif est de discuter des problématiques que vivent les chauffeurs de bus et mettre en place des solutions. Les rencontres se font sur une base régulière et les ajustements sont apportés en continu sur le réseau dans les semaines qui suivent les comités.

Le saviez-vous?

  • Un bus est considéré comme ponctuel s’il arrive à son arrêt jusqu’à 1 minute avant l’horaire planifié et jusqu’à 3 minutes après.
  • Un bus ne fait pas nécessairement des allers-retours sur la même ligne toute la journée. Effectivement, après avoir fait une ligne dans une direction, le bus se dirige souvent vers une autre destination. Ce sont alors des bus «en transit».
  • La distance moyenne entre deux arrêts est de 300 m
  • Nos bus circulent, en moyenne, à une vitesse commerciale de 18 km/h

Découvrez 5 façons d'obtenir votre horaire

Retour sur la grève des heures supplémentaires

Bus immobilisés et coupures de service

Une première grève du temps supplémentaire du personnel d’entretien syndiqué de la STM s'est déroulée du 7 au 12 mai dernier. Ce moyen de pression a notamment eu pour conséquence de nous contraindre à garder au garage 57 bus qui auraient normalement dû prendre la route, alors qu’environ 1400 véhicules sont nécessaires pour assurer la livraison du service planifié aux heures de pointe. De plus, en ce qui a trait aux coupures de service imputables à l’entretien, pour les périodes de pointe, ce sont 513 heures de services qui ont dû être coupées au total sur différentes lignes et dans différents secteurs.

Le réseau du métro et le service de Transport adapté n’ont pas été affectés.

Impacts sur les semaines et mois à venir

Outre les impacts immédiats, les conséquences se feront aussi sentir pour les semaines et même les mois à venir, tel qu’anticipé et ce, pour différentes raisons.

Il devra y avoir une reprise du travail accumulé, puisqu’il a été nécessaire d’augmenter le nombre de commandes de travail (demandes d’entretien spécifique sur un bus); alors que 156 commandes étaient déjà en place avant la grève, on en comptait 186 à la fin de la période de grève.

De plus, puisque nous avons dû utiliser un plus petit parc de bus chaque jour, nous avons surutilisé ceux-ci. Par conséquent, ces véhicules atteindront plus rapidement la distance de 20 000 km parcourus; il devient nécessaire à ce moment de les retirer de la route pour en faire l’inspection obligatoire de la SAAQ.

Cette situation aura des conséquences immédiates jusqu’en juin, au moment où les vacances des employés débutent, ce qui ralentira le volume de travail et ultimement, des impacts anticipés possibles pourraient s’étendre jusqu’en septembre.

Vote de grève

Le Syndicat des chauffeurs, opérateurs et employés des services connexes et le syndicat de l’entretien ont voté en faveur d’un mandat de grève. Advenant le déclenchement de cette grève, la STM sera informée au préalable 7 jours ouvrables avant la date de début de l’arrêt de travail; puisque le service de bus et métro est assujetti à la loi sur le maintien des services essentiels. Nous vous tiendrons informés. Pour plus de détails

Haut de page