Découvrez la verdunoise ligne 58 Wellington

La verdunoise. La ligne 58 Wellington.

De la "Well" aux rapides de Lachine.

« C’est une ligne vivante avec une vie de quartier active et stimulante! » - Éric Guay, chauffeur

Votre périple débute à la station LaSalle sur la ligne Verte. Vous empruntez d’abord le boulevard LaSalle (d’où le nom de la station de métro), puis la rue Wellington, la principale artère commerciale de Verdun.

Photo de l'Église Notre-Dame des Sept-Douleurs. Credit Simon Laroche.© Simon Laroche

Une fois passée la station de métro De l’Église sur la ligne Verte et son architecture des plus futuristes, vous croisez les six avenues de Verdun, toutes plus peuplées les unes que les autres. Passée la 6e Avenue, la vocation commerciale de la rue Wellington s’estompe. Après la rue Woodland, la rue Wellington se fond au boulevard LaSalle. Une fois passées les tours d’habitation, le bord du fleuve s’offre à nous dans toute sa splendeur. C’est, nul doute, la plus grande richesse de Verdun, d’autant plus qu’à cet endroit, le fleuve est très large.
En poursuivant le long du boulevard LaSalle, vous croisez les rues de Verdun et Bannantyne, les deux autres principales artères de l’arrondissement. Tout de suite après la rue Bannantyne, on voit le grand parc de l’Institut Douglas, un des plus importants et des plus réputés instituts en psychiatrie au pays. En face, sur le bord du fleuve, se trouve le parc de l’Honorable-George-O’Reilly et la fameuse piste de danse couverte de Verdun, où se donnent rendez-vous les amoureux de la danse chaque belle soirée d’été. À l’angle de la rue Crawford, la maison Nivard-de Saint-Dizier, une des plus anciennes de l’île de Montréal (1710), mérite un arrêt.

Photo de la maison Nivard-De Saint-Dizier© Arrondissement de Verdun

Les bus de la ligne 58 traversent ensuite le secteur de Crawford Park, où l’on retrouve une belle concentration de maisons de vétérans, construites juste après la Seconde Guerre mondiale. Après les rues Crawford et Ouimet, c’est la rue Lacharité et ses maisons typiquement lasalloises. Suit alors la rue Édouard, à vocation résidentielle et commerciale. Vous êtes alors dans le « Bronx », quartier de LaSalle qui doit son nom à des investisseurs new-yorkais. Et c’est à l’angle du boulevard Bishop Power que vous attend le clou du périple, le parc des Rapides, aménagé autour d’un barrage hydro-électrique aujourd’hui disparu. À cet endroit, le fleuve se déchaîne. Mais c’est aussi, et surtout, un important lieu de nidification pour les oiseaux migrateurs.

Photo des Rapides de Lachine© Parcs Canada (N. Rajotte) 2002

Ajoutez à cela les pêcheurs et les kayakistes, et vous vous retrouvez dans un tout autre monde, à quelques kilomètres seulement du centre-ville!

Haut de page