Découvrez la contrastée ligne 189 Notre-Dame

La contrastée. La ligne 189 Notre-Dame.

L’Est de l’île d’un bout à l’autre.

« Ha! Que le fleuve est beau! » - Julie Ouellette, chauffeure

C’est entendu, tout ce qui se trouve à l’est du boulevard Saint-Laurent peut être considéré comme faisant partie de la portion est de Montréal. Mais il y a aussi l’Est avec un grand E, qui comprend notamment les secteurs de Mercier, Montréal-Est et Pointe-aux-Trembles. Assez éloignés du centre-ville, ces secteurs méritent tout de même une visite, ne serait-ce que pour se vanter d’avoir été véritablement jusqu’au Bout-de-l’Île. Et justement, il existe une ligne de bus qui vous permet de le faire en toute simplicité, la 189 Notre-Dame.

D’autres lignes de bus desservent l’extrémité est de l’île de Montréal, mais la 189 a l’avantage de longer le fleuve Saint-Laurent et de débuter sa route à la station de métro Honoré-Beaugrand sur la ligne Verte.

Vue du terminus bus à Honoré-Beaugrand. Credit Simon Laroche.© Simon Laroche

Dans sa première section, la ligne 189 emprunte les rues Honoré-Beaugrand et Hochelaga dans le quartier résidentiel de Mercier. À l’avenue Georges-V, les panneaux de rues passent du blanc au noir, un signe qui ne ment pas : on entre dans la Ville de Montréal-Est. Le contraste s’accentue lorsque le bus tourne sur la rue Notre-Dame : ici, on côtoie d’immenses réservoirs d’essence, preuve que l’industrie pétrochimique est encore bien présente dans le secteur. Et dire que Montréal-Est devait être, à l’origine, une cité-jardin!

« Que de belles vieilles maisons rustiques! » - Alain Lebègue, chauffeur

Cette incursion dans ce monde industriel ne dure que quelques minutes, tout au plus. On arrive bientôt dans le secteur résidentiel de Montréal-Est, avec la mairie et les autres services municipaux. Puis, les panneaux de rues redeviennent blancs, ce qui signifie que nous sommes de retour à Montréal. Cela commence par la 1re Avenue, puis la 2e… jusqu’à la 100e Avenue! Nous sommes à Pointe-aux-Trembles, ancienne ville annexée par Montréal en 1982 et qui a conservé son système de numérotation de rues, bien pratique il faut l’admettre.

Vue du parc des moulins.© Tourisme Montréal - Marie Deschene

Parmi les faits saillants de Pointe-aux-Trembles, notons le parc du Vieux-Moulin, entre la 2e et la 3e, et la place du Village, au coin de Saint-Jean-Baptiste (l’équivalent de la 11e). À cet endroit, on peut admirer plusieurs belles maisons d’époque. Tout au bout du boulevard de la Rousselière (l’équivalent de la 49e), on aperçoit le Sanctuaire de la Réparation, lieu mythique qui bénéficiait à l’époque de sa propre ligne de tramway pour y déposer les fidèles. Passé la 67e, le Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies offre une grande variété d’écosystèmes.

Et le Bout-de-l’Île, lui? On y arrive! Jadis, on s’y rendait en tramway et on séjournait à l’Hôtel Bureau, du nom de son propriétaire, Jean-Baptiste Bureau. Aujourd’hui, le tramway et l’hôtel n’existent plus, mais il y a un grand parc, nommé à juste titre parc du Bout-de-l’Île. Pour y accéder, descendez à la 93e et marchez jusqu’à la 100e. De là, empruntez la rue Bureau jusqu’au parc. Vous êtes rendu à destination! Ressentez la force tranquille du fleuve et admirez l’œuvre Trois Cédric, deux corbeaux et un renard de l’artiste Jean-Robert Drouillard, réalisée sur des peupliers coupés en raison de la maladie.

Vue des berge du fleuve.© Benoit Clairoux

Pour le retour, contournez à pied le rond-point Notre-Dame / Sherbrooke et attendez le bus 189 sur la rue Sherbrooke, ou marchez encore un peu et empruntez la 186, qui se rend elle aussi à la station Honoré-Beaugrand.

Haut de page